Lettre ouverte à Françoise Nyssen, ministre de la Culture – 11/12/2017

A l’occasion des Assises des métiers des musées (18, 19 & 20 décembre 2017), 3 associations professionnelles – l’association Scénographes, l’association française des commissaires d’exposition (CEA) et l’Alliance française des designers (AFD) – co-signent avec nous, Les Muséographes, une lettre ouverte adressée à Françoise Nyssen, ministre de la Culture.

Voici notre lettre ouverte :

« Madame la Ministre,

Quelle satisfaction de voir se tenir, sous l’égide de votre ministère et dans le prolongement de la mission Musées du 21e siècle, les Assises des métiers des Musées ! Interroger l’évolution des pratiques, des formations et des métiers dans les musées d’aujourd’hui et de demain, sous-titre de la manifestation, est une démarche indispensable.

Pourtant, l’analyse du programme de ces assises soulève différentes interrogations qui tempèrent fortement notre adhésion à cet événement.

  1. D’une part, le paysage muséal n’y est pas pris en compte dans toute sa diversité, celle soulignée par la mission Musées du 21e siècle. Si les musées d’art sont présents, ce n’est de loin pas le cas pour bien d’autres musées. Sont ainsi sous-représentés, voire absents, les musées de design et d’architecture, d’archéologie, de préhistoire et d’histoire, de sciences, techniques et industries, d’ethnographie – ainsi que les musées de sites et les CIAP.
  2. Deuxième mauvaise surprise, la pluralité des métiers qui concourent à la création, à la conception et à la réalisation des équipements muséographiques et des expositions n’est pas convoquée. Parmi les intervenants, ne figurent ainsi aucun architecte, muséographe, programmiste, scénographe, graphiste, designer ou encore commissaire d’exposition… Que seraient donc les musées sans de telles compétences, qui s’exercent, de plus, depuis plusieurs dizaines d’années ?
  3. La participation annoncée des associations professionnelles se résume, quant à elle, à celles des conservateurs, des restaurateurs et des régisseurs.

C’est pour toutes ces raisons que nos associations ont décidé de vous écrire cette lettre ouverte.

Dans un paysage muséal en pleine évolution, il semble plus que vital de rassembler et de mobiliser tous les acteurs impliqués dans ces transformations. Et nous voulons souligner un certain nombre d’enjeux fondamentaux et de responsabilités, qui nous incombent collectivement dans cette mutation. Comme le mentionne le rapport de la mission Musées du 21e siècle :

« Les responsabilités (…) des musées excèdent largement le champ de la mission traditionnelle de conservation et de recherche. Aujourd’hui, le musée est un passeur de mémoire, un producteur d’émotion esthétique et un médiateur interculturel. Et demain, davantage encore, sa vocation plurielle sera déterminante pour contribuer au dialogue entre les cultures, à l’éducation citoyenne et au vivre ensemble. »

Les musées et les expositions s’inscrivent bel et bien dans le champ politique, à l’échelle nationale, territoriale, et bien sur internationale.

De nouvelles formes muséales sont à inventer où s’exprimeront la créativité, l’innovation, l’expérimentation. L’adhésion et l’engouement des publics ne font qu’y inciter. Nous n’ignorons pas, au demeurant, que ces métamorphoses doivent s’inscrire dans un contexte de décentralisation, et de limitation des ressources en financements publics.

Les métiers que nous représentons sont évidemment impliqués dans ce processus de développement et de rayonnement des musées. Nos interventions sont multiples, externalisées ou pas, en assistance ou en prestation directe, elles concernent tout ou partie d’un projet. Non moins importante est la nécessité d’assurer de bonnes conditions d’exercice de nos différentes professions : pour cela, en particulier, faire respecter – et faire évoluer – les règles et les bonnes pratiques en matière de marchés publics, dont certaines déjà définies par des circulaires, vade-mecum et autres guides promulgués par les ministères et certaines collectivités territoriales. Beaucoup reste cependant à faire pour gagner en qualité, et en équité. Et si les formations à nos métiers, qui se trouvent à de très hauts niveaux de qualité, sont nombreuses, il reste néanmoins à créer un contexte général pour qu’elles trouvent des débouchés.

L’excellence internationalement reconnue des réalisations françaises en matière de musées et d’expositions devrait, en toute logique, pouvoir au minimum être prise en considération dans l’hexagone, et, bien plus, s’exporter au-delà des frontières. Cela suppose des soutiens publics, des facilitations administratives, et un projet politique d’envergure.

Il nous paraît urgent de valoriser tous nos métiers, tous nos savoir-faire et toutes nos compétences. Il s’agit de les reconnaître pleinement, et de les associer aux actions et aux réflexions des pouvoirs publics – en particulier de votre Ministère / Mission Musées du 21e siècle.

Nos associations professionnelles sont prêtes à se mobiliser à vos côtés, pour vous accompagner dans ces importants chantiers.

Aussi, sollicitons-nous une entrevue avec vous, ou vos services, pour engager un dialogue sur ces nouvelles perspectives.

Nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, nos salutations respectueuses.  »

Signataires :

L’association Les Muséographes
&
L’association française des commissaires d’exposition, C-E-A

L’alliance française des designers, AFD

L’association Scénographes